affiche Duhomard

Un apéro qui pince !

bouteille de Duhomard rouge à l'apéritifIl est en Poitou, dans la plus pure tradition rabelaisienne, un apéritif né d’un banquet de joyeux farceurs et perpétué par amour de la plaisanterie.

L'histoire commence en 1922 à Massais, petite localité du Nord Poitou au bord de la rivière Argenton, où avait lieu la seconde édition du banquet annuel des voyageurs de commerce. Comme il était de coutume à l’époque, surtout en pays vigneron, le rassemblement était bien arrosé et l’ambiance très débridée. A la partie de pêche organisée pour terminer l’après-midi la bonne humeur ne faiblit point et l’un des participants, Emile Diacre, qui s'était un peu assoupi au pied de sa gaule, eut la surprise de sortir un homard de l’Argenton. L'animal, tout rouge et donc bien cuit, ressemblait en tout point à celui qu'il avait particulièrement apprécié pendant le banquet et qui était sans doute la cause de sa somnolence. Il semblait donc plutôt venir des cuisines du restaurant du Bois Joly, situé sur l'autre rive, que d'une quelconque confluence avec l'océan, d'ailleurs fort lointain. La blague devint légendaire et provoqua, pendant les années qui suivirent, une affluence toujours grandissante au banquet de Massais.

Emile Diacre, qui était négociant en vin et spiritueux, lança en 1926 son propre apéritif inspiré librement des nombreux apéritifs au quinquina de l'époque. Il ne put s’empêcher bien sûr de l'appeler Duhomard. Largement diffusé grâce au réseau de collègues du banquet de Massais, le Duhomard vint s'ajouter dans tout l'ouest de la France au Byrrh, Saint Raphaël et autre Dubonnet. Le Duhomard a toujours gardé secrète sa recette. On sait seulement qu’il est composé de vin de liqueur et de plantes aromatiques ( écorces d'oranges douces et amères, racines de gentiane, écorces de quinquina ). Servir très frais.